AMARGI ! Anti-tragédie de la dette

SACCAGE
Lecture publique : samedi 11 mai 2019 à l'Echangeur (Bagnolet)
Création en mars 2020
A la Manufacture des Abbesses
7, rue Véron, 75018 PARIS





samedi 9 mars 2019

Prochainement : Saccage






Des enclaves et leur saccage

Ici, ou là, naissent des enclaves : des territoires circonscrits où s'expérimentent des formes de vie alternatives. D'autres manières de travailler, de (se) cultiver, de produire et d'échanger. Des espaces où l'avenir s'invente, à bas bruit et à tâtons, à l'abri de la tyrannie du présent ; des lieux voués à la culture du vivant, qu'il s'agisse de semer des graines dans les terres, ou dans les têtes. Ces enclaves forment comme des poches d'air lovées dans les décombres d'un monde en cours d'effondrement. La fac de Vincennes jadis, Notre-Dame des Landes aujourd'hui, et tant d'autres, moins connues - et tant mieux pour elles si l'invisibilité les protège !

Car elles sont menacées : le pouvoir en général les réprouve, les persécute, et veut les voir disparaître sitôt qu'elles ont trop fait parler d'elles. C'est alors qu'il procède au saccage. Là où s'érigeait la fac de Vincennes se tient désormais une vaste clairière dépeuplée ; les tractopelles ont anéanti tout ce qui s'était bâti là, les utopies comme les bâtiments. Que reste-t-il aujourd'hui de Notre-Dame des Landes, après que les bulldozers ont rasé ses cabanes ?


Au moins les machines dévastatrices ont-elles permis de rendre visible l'ahurissante violence qui s'exerce contre ces échappées hors des sentiers battus... Et cette violence fait leçon : elle révèle combien la simple expérimentation d'une alternative constitue pour le pouvoir un péril insupportable. La violence de la destruction semble alors l'indice d'une puissance de la subversion jusque là insoupçonnée. S'il faut des tractopelles, des policiers et des blindés, c'est donc que se jouait là quelque chose qui, sans forcément le vouloir, faisait vraiment peur au pouvoir ?



Politique du saccage 

Que le pouvoir ait vraiment peur ou pas ne sera pas notre question. Nous n'ambitionnons pas d'esquisser une psychanalyse du pouvoir ; nous ne jouerons pas du côté des puissants, ne représenterons pas les hautes sphères où se décident les formes du saccage - et de toute façon, le pouvoir en tant que tel ne saurait avouer qu'il a peur : ce serait se nier comme pouvoir. Face à ce qui risque d'échapper à son contrôle, il lui faut déployer une politique du saccage, qui suppose tout un arsenal rhétorique, juridique, policier, voire militaire, capable de faire passer la destruction pour un "retour à l'ordre". C'est cette politique du saccage que nous voulons examiner, et pas seulement dans ses formes propres (ses arguments, ses outils, sa force de frappe, ses agents - toutes les figures du "retour à l'ordre") mais aussi et surtout dans les effets qu'elle induit dans les enclaves qu'elle menace.

Car le saccage est l'horizon permanent des formes de vie alternatives : sans se vouloir nécessairement subversives, elles se savent menacées et se déploient dans le constant tourment de lui survivre. En situant le spectacle au cœur de ces enclaves, au côté des zadistes de Notre-Dame-des-Landes ou des étudiants et travailleurs de la fac de Vincennes, nous nous proposons d'explorer ce que signifie de vivre sous la menace du saccage : dès lors que sa perspective s'annonce, elle crée des turbulences, accusant les contrastes ou coagulant les forces ; au moment même où le saccage se produit, les dynamiques centrifuges et centripètes s'accélèrent. Après le saccage, enfin, dans les décombres du petit monde qui a tenté de lui résister, que se passe-t-il ? Tout meurt ? Ou bien au contraire tout renaît, se réinvente, se métamorphose ? A quelles conditions les enclaves peuvent-elles survivre à la politique du saccage que le pouvoir leur oppose ?



Des enclaves en miroir

La fac de Vincennes et la ZAD de Notre-Dame-des-Landes forment dans ce spectacle les deux pôles d'un montage en miroir : en se réfléchissant l'une l'autre, ces deux enclaves ouvrent un large champ de reflets accueillant d'autres alternatives expérimentales et d'autres formes du saccage.

Sur le plateau, quatre acteurs (deux femmes, deux hommes) : en diverses géométries, ils incarnent des collectifs peuplant ces deux enclaves distinctes dans le temps et dans l'espace, soit : 1) Etudiants, professeurs et agents de service à la fac de Vincennes dans les années 70, avant le saccage politique de 1980 ; 2) Zadistes de Notre-Dame des Landes juste avant l'opération de saccage militaire d'avril 2018.

Le spectacle tricote ces deux espaces-temps que plusieurs décennies séparent, passant d'une situation à l'autre pour en faire entendre les assonances comme les dissonances, laissant s'exprimer dans chaque enclave la part de conflictualité interne, évidemment favorisée par l'horizon du saccage, mais consubstantielle aussi à la nature même des formes de vie qui s'y déploient - plurielles, dissemblables, imprédictibles du fait même du principe de la liberté dont elles ont fait leur exigence première. Les enclaves ne sont pas des utopies qui n'auraient que leur pureté à offrir à l'adversité qui les menace ; ce sont des territoires hétérogènes traversés de tensions et de contradictions, lesquelles nous intéressent en ce qu'elles réfléchissent (comme un miroir, encore une fois, mais tendu cette fois vers nous, public d'aujourd'hui) toutes les fissures qui fragilisent le camp de ceux que le saccage désole (mais que pourtant ils n'ont rien fait pour empêcher).

En passant d'une "situation" à une autre, les acteurs quittent brièvement leur condition de personnage ancré dans l'une ou l'autre enclave pour devenir conteur temporaire, hors-sol, tirant les fils de ce qui vient de se jouer pour tisser peu à peu la toile de cette politique du saccage que nous tentons de faire apparaître. Ces échappées hors des situations incarnées permettent de varier les registres et niveaux de langue, s'offrant des incursions dans le poétique ou le méditatif, et nous donnent aussi l'occasion d'élargir le champ de réflexion, en convoquant des enclaves plus lointaines - et nettement mieux armées - comme celle du Rojava, dont l'iconographie à la fois fascinante et inquiétante peut surgir, projetée au ciel de nos fantasmes... Et à l'autre bout du spectre, face à ces enclaves "dures" que sont les territoires autonomes armés, les enclaves "molles" ou invisibles que peuvent constituer les expérimentations alternatives à l'intérieur d'institutions normalisées (Education Nationale, psychiatrie). La politique du saccage se diffracte ainsi en une multitude de figurations, et selon divers degrés d'incarnation.

Hybridation des territoires "autonomes"

Le décor est constitué d'éléments susceptibles de figurer chacune des deux enclaves principales - une table pliante, quelques chaises dépareillées, un vaste "filet de camouflage" couleur sable, suspendu et formant vaguement une sorte d'abri en tonnelle (mais qui, déployé, prend la forme d'un filet-piège, toile d'araignée où l'on peut périr englué), un peu de végétation ; à cour, un rétroprojecteur (emprunté à l'esthétique universitaire des années 70) permet de projeter (sur une surface circulaire et pâle comme une pleine lune, suspendue au gril) des visuels, des slogans, illustrant de proche en proche les rêveries ou réflexions portées par l'un ou l'autre conteur. Cette zone de projection permet aussi d'indiquer, scène après scène, le lieu et la date de la situation incarnée en plateau. 

Les situations extra-territoriales (qui ne sont pas ancrées dans l'une des enclaves du diptyque central) peuvent également être incarnées, qui mettent en jeu des problématiques analogues à celles soulevées par les enclaves et leur saccage (exemple : "le bar à jeux", "Rojava"...).

Ainsi les acteurs sont-ils amenés à incarner une multitude de personnages distincts, appartenant à des espaces-temps différents : selon qu'ils sont zadistes à Notre-Dame-des-Landes, étudiant à Vincennes en 1978, fonctionnaires de l'Education Nationale ou combattants du Rojava en 2017, ils n'ont évidemment pas exactement la même allure. Aussi changent-ils de costume aussi souvent que nécessaire, à vue (un portant chargé de tous les costumes du spectacle est présent au bord du plateau, en contrebas de la "pleine lune"). Dans la mesure où les acteurs n'ont pas d'identité stable dans le spectacle, ils seront désignés dans la distribution par une onomastique aussi évasive qu'intemporelle : L'Aîné, Le Cadet, La Rousse, La Brune.


lundi 13 novembre 2017

AMARGI is back !

Nouvelle programmation de notre spectacle Amargi. Antitragédie de la dette à la Manufacture des Abbesses (Paris 18ème) du 29 avril au 6 juin 2018 ; les dimanche à 20h, les lundi, mardi, mercredi à 21h.
Avec Judith Bernard, Gilbert Edelin ou David Nazarenko, Benjamin Gasquet ou Jean Vocat, Antoine Jouanolou ou (recrutement en cours*), Toufan Manoutcheri, et aux percussions Fred Harranger ou Gaston Duchez... A bientôt !!!




* Comédien de 35 à 45 ans, avec une belle colère, pas mal d'aplomb, un solide physique : envoyer CV, photo et démo à ada-theatre@orange.fr. Disponibilité impérative pour jouer les dates du 29 avril au 15 mai 2018.

jeudi 18 mai 2017

Retrouvez Amargi cet été au festival La Belle Rouge !

Du 28 au 30 juillet 2017, Amargi est programmé pour 4 représentations dans ce festival plein de joie et de luttes : c'est à Saint-Amant Roche Savine, en Auvergne, et c'est très très chouette.
Le festival et son programme

vendredi 21 octobre 2016

Les photos de la première...

  

    

  

      

          

  

         

  

  

  

         
           
 





  







































Premier article sur Amargi !